LES OBJECTIFS DE LA MISSION

Dans l’esprit de la Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) du 17 octobre 2003, ratifiée par la France en juillet 2006 et la définition intégrée à l’article 1er du code du patrimoine en 2016, Rèpriz depuis 2005 sensibilise à l’importance et au respect du PCI et porte sa contribution à la sauvegarde du PCI de la Guadeloupe.

On entend par PCI " les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire - ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés- que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel".

On entend par "sauvegarde" les mesures visant à assurer la viabilité du patrimoine culturel et immatériel, y compris l'identification, la documentation, la recherche, la préservation, la protection, la promotion, la mise en valeur, la transmission, essentiellement par l'éducation formelle et non formelle, ainsi que la revitalisation des différents aspects de ce patrimoine".

Les mesures mises en œuvre par le Centre se font avec la participation active des porteurs de tradition toujours placés au cœur du processus de sauvegarde, et la collaboration de chercheurs spécialisés, choisis en fonction de leur compétence et de leur expertise.

LES RÉALISATIONS

Les contributions qui ont été portées à la sauvegarde des éléments les plus fragiles et/ou menacés de disparition du PCI de Guadeloupe :

1°) Les chants et traditions maritimes de la Désirade et de Saint-François 

2°) Les quadrilles de Guadeloupe :

3°) Les chants, danses et musiques indiennes :

4°) Les chants de la terre en Guadeloupe :

5°) Le Boulagèl ou Banjogita

6°) La journée du patrimoine en collaboration avec le festival de gwoka et le groupe Kannida.

7°) L’inscription du Gwoka au PCI de l’humanité.